Aller au contenu
Venez découvrir les rencontres du week-end! Programme

En route pour l’aventure!

Rencontre

Amphimax 350

Pexels Johannes Plenio 2044443
02 juin à 13:00

Aujourd’hui, il existe de nombreuses manières de partir à l’aventure pour découvrir la Terre et sa population. Flavie et Jérémy ont opté pour une manière atypique en participant à la célèbre émission Pékin Express, diffusée sur M6. Le duo de jeunes valaisans qui étudient (Jérémy) ou ont étudié (Flavie) à l’UNIL, viendront raconter leur expérience et les enseignements qu’ils en tirent.Ils seront accompagnés de Line Perritaz, jeune bulloise qui évoquera sa traversée de la Nouvelle-Zélande à pied, soit pas moins de 3000 kilomètres en 133 jours.

En dialogue avec: Alexandre Grandjean (Socio-anthropologue, affilié à l’Institut de sciences sociales des religions (ISSR) de l’Université de Lausanne et chargé de recherche à la Haute école de santé Vaud (HESAV))

Animation: Corentin Chauvel (journaliste à 24 heures)

Durée: 60 min.
Pekin Express

Flavie et Jérémy (Pékin Express)

Line Perritaz 2

Line Perritaz

Alexandregrandjean 82

Alexandre Grandjean

Pekin Express

Flavie et Jérémy (Pékin Express)

Les aventuriers du Pékin Express

Amis de longue date, Jérémy (22 ans) et Flavie (21 ans) ont participé à la fameuse émission de télé-réalité. À la clé, la découverte de magnifiques images, mais surtout une fabuleuse expérience humaine.

 

A priori, rien ne destinait ces deux Valaisans à devenir les Indiana Jones du XXIe siècle. À 22 ans, Jérémy Imbach est étudiant en philosophie et sciences des religions à l’UNIL ; Flavie Tapparel se forme aux arts dramatiques au conservatoire de Genève. « Elle m’a toujours dit qu’un jour on participerait à l’émission », relève Jérémy. Qui prenait cette affirmation pour une boutade, même lors du tournage de la vidéo de présentation que le duo utilise pour lancer sa candidature. Après tout, celle-ci n’en est qu’une parmi les 40’000 que reçoit l’émission chaque année. Mais elle est retenue !

 

« Plus on avançait, plus il se faisait à l’idée de partir sans rien savoir de notre destination. C’est d’ailleurs ce saut dans l’inconnu qui nous intéressait. Pour la première fois de notre vie nous allions être coupés de tout, puisque nous n’avions pas nos portables », souligne Flavie. « Sans elle, je ne me serais jamais lancé », complète Jérémy.

 

Tous deux se retrouvent donc les yeux bandés, flottant sur des eaux étrangères, avec la perspective de devoir se débrouiller avec un euro par jour et par personne. Flavie est la première à ôter son bandeau pour découvrir le paysage : « Je me rappelle avoir dit qu’il ressemblait au lac Léman ! » rigole-t-elle. Mais c’est à Bali que leur aventure démarre. Elle durera deux mois et les emmènera en Malaisie et au Vietnam. Les débuts ne sont pas simples pour le binôme : « Nous étions très timides, surtout lorsqu’il s’agissait de chercher un hébergement. Puis nous avons appris à demander de l’aide. Après tout, le pire qui pouvait arriver était qu’on nous la refuse. »

À la clé, des moments forts : Jérémy n’oubliera jamais cette soirée où une famille balinaise les invite à prier avec elle dans son temple privé. Et Flavie gardera toujours en mémoire ces quelques heures passées à jouer avec des enfants javanais dans une ancienne piscine royale : « La barrière de la langue s’était effacée comme par magie. » Dans leur sac à dos, ils ramènent également une leçon : lâcher l’envie de tout contrôler, oser faire confiance, c’est ouvrir grand la porte à l’aventure.

Line Perritaz 2

Line Perritaz

Line Perritaz, Bulloise de 23 ans, évoquera sa traversée de la Nouvelle-Zélande à pied, du nord au sud, seule, à pied, et ce pendant quatre mois et demi, soit pas moins de 3’000 kilomètres en 133 jours. Avec le temps, marcher est devenu une ressource pour elle. Il ne s’agit pas d’une course contre la montre ou d’une comparaison aux autres. Ce cheminement se fait avant tout pour soi, pour se construire.

Alexandregrandjean 82

Alexandre Grandjean

Socio-anthropologue, affilié à l’Institut de sciences sociales des religions (ISSR) de l’Université de Lausanne où il obtient son doctorat en 2022, ainsi que chargé de recherche à la Haute école de santé Vaud (HESAV). Ses travaux portent sur le vieillissement en Église, les transformations contemporaines des paysages socioreligieux et les processus de popularisation des registres spirituels dans les cultures ludiques, économiques, politiques et militantes en Europe de l’Ouest. De 2015 à 2021, il collabore à deux projets de recherche successifs à l’Université de Lausanne sur l’écologisation du religieux et la spiritualisation de l’écologie en Suisse. Dans ce cadre, il conduit son enquête doctorale sur le déploiement de nouvelles sensibilités agroécologiques et spirituelles dans les métiers de la vigne et du vin. Son ouvrage Arborescence : Les voix de l’écologie spirituelle (Hélice Hélas, 2022), résume les résultats de cette enquête collaborative et multi-située.

Partager

S'inscrire Inscription obligatoire